Radio Alhoceima Alhucemas Amazigh Rif Maroc Morocco Maghreb Tamazgha

Tu Tienda Amiga - Tienda de decoración del hogar

Amazigh news noticias de Tamazgha

Imprimir

L'AMDH appelle au soutien des détenu(e)s.

Escrito por Administrator on .

L'AMDH appelle au soutien des détenu(e)s.
Deux procès en relation avec des évènements sociaux et marches de protestation auront lieu le 1er Septembre à Larache et le 6 Septembre à Al Hoceima :
. Le 15 Août les habitants du Douar Beggara situé à 4 kilomètres de Larache ont organisé une marche pacifique vers la résidence du gouverneur de la province de Larache pour protester contre la tentative de les dessaisir d'une partie de la terre dont ils réclament la propriété au profit d'un promoteur immobilier ; la marche a été réprimée violemment, des dizaines d'arrestations s'en suivirent dont 23 ont été déférés devant le tribunal de Larache, parmi eux 15 en état d'arrestation dont 13 femmes.
Le Bureau Central de l'Association Marocaine des Droits Humains qui a suivi les événements et les violations par le biais de sa section de Larache et qui avait demandé la libération des détenu(e)s, lance un appel aux avocats démocrates - notamment les femmes - pour défendre les inculpé(e)s dont le procès reprendra le premier Septembre ; il appelle aussi les organisations de défense des Droits des Femmes à soutenir les femmes de Beggara détenues et inculpées.
. Le 19 Mai dernier, les habitants de Tamassint (village du Rif se trouvant à une trentaine de kilomètres d'Al Hoceima) - et qui vivent une situation de détresse suite aux dégâts du tremblement de terre du 24 Février 2004 - ont organisé une marche pacifique vers Al Hoceima pour demander au gouvernement d'honorer ses engagements relatifs à la reconstruction des habitations détruites par le tremblement de terre
Imprimir

le Roi est pour tamazight

Escrito por Administrator on .

le Roi est pour tamazight
Au Maroc, tamazight est enseignée, à partir de la première année primaire, sur tout le territoire national. Contrairement à l'Algérie où cet enseignement est facultatif, au royaume chérifien, il est obligatoire.
Dans un discours qualifié d'historique par les Marocains, prononcé en 2001, le Roi Mohamed VI avait affirmé que tamazight ne concerne pas uniquement une tranche de personnes mais c'est la culture de tous les Marocains. "Tant mieux !" avaient réagi les militants.
Meryam Demnati, chercheur à l'Institut royal de la culture amazighe, nous donne rendez-vous à la MAP (Maghreb arabe presse), une sorte d'APS marocaine. Comme nous ne connaissons pas cet endroit, elle propose que nous nous rencontrions à la gare de ville. Celle-ci est plus facile à trouver puisque située au boulevard Mohamed V de Rabat.
A17h, Myriam arrive accompagnée d'un léger sourire. Après les salutations, elle nous demande de patienter un peu car il y a un journaliste marocain, militant de la cause berbère, qui va se joindre à nous. Il s'agit de Lhoussain Azergui. Ce dernier arrive avec un exemplaire de la revue herbdomadaire "Journal". Nous nous installons à une terrasse d'un café, à quelques mètres du Palais royal. Notre discussion allait tourner pendant plus de sept heures sur la situation de la langue et culture amazighe au Maroc. Tantôt nous parlions en tamazight, tantôt en français. Le journaliste Lhoussain, en plus du berbère marocain, qui est sa langue maternelle, maitrise aussi le kabyle. Il est un fan de Lounès Matoub. Pendant toute la conversation, il ne cessera pas de citer des passages de ses chansons pour illustrer ses dires."J'achète ses CD à Tanger", dit-il. Le titre de l'un de ses deux romans écrits en tamazight est inspiré d'une chanson de Matoub : "Igoujilen bawal". Il l'a proposé à l'Ircam pour son édition. L'institut a accepté de le publier mais à condition que cela se fasse dans les deux transcriptions : amazighe et tifinagh